Elle n’avait pas guetté les signes, pas entendu les frémissements des vivants, à peine regardé la nuit qui tombait alors qu’il n’était que midi.
Elle avait manqué d’attention.
Elle était fatiguée. Les muscles de ses cuisses tremblaient quand elle voulait se tenir debout, sa tête n’avait jamais été aussi lourde.
Elle avait besoin de nourrir sa source plutôt que de lutter contre les géants qui se tenaient prêts derrière la montagne.
Elle sentait leurs souffles depuis des semaines. Elle avait vu grandir la rumeur mais quelque chose en elle avait renoncé.
Elle s’était rassemblée dans le ventre de sa cabane.

Petit bois au feu de son lieu.
Courges mijotées dans la fonte.
Heures lentes.

Et l’enclave avait rompu.
Elle était sortie et avait découvert un monde de bribes et d’éclats.
Tout ce qu’elle croyait connaître était devant elle sans ordre et sans contour.
Le vent avait fait taire la couleur.